RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2



Hommage aux martyrs : la justice et la vérité comme conditions à la réconciliation

D 1er juin 2015     H 11:19     A TOUTE INFO     C 0 messages


La journée d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire d’octobre 2014 organisée par les autorités de la transition a connu la participation des parents des victimes. Ces derniers n’ont pas manqué de rappeler leur soif de justice. Présent à la cérémonie d’hommage qui a eu lieu ce samedi 30 mai 2015 au mémorial des héros nationaux rebaptisé « monument des martyrs », le président Michel Kafando a promis que justice sera faite.

Justice. La cérémonie d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire a certes été bien accueillie par les parents des victimes le samedi 30 mai 2015 au monument des héros nationaux. Toutefois, ils ont posé deux conditions pour aller à la réconciliation nationale prônée par les autorités de la transition : « la vérité et la justice » et « le pardon sincère ».
Pour les parents des martyrs représentés à la tribune par Nébon Babou Bamouni, « la cérémonie d’hommage doit être pédagogique dans la perspective de l’édification d’un autre Burkina dont les fondations doivent reposer sur des institutions démocratiques fortes, sur l’éthique et la responsabilité dans la gestion du pouvoir. »
Quant au pardon, ils ont demandé un « pardon peint d’humilité, de repentir et d’introspection. » Ils ont aussi suggéré que des hommages soient rendus aux martyrs à l’étranger à travers les ambassades et consulats, que leurs photos soient affichées à la prochaine Assemblée nationale afin « qu’elles parlent à la conscience du législateur au moment de voter la loi ».

Justice, prière, décoration et stèle

Le président de la transition Michel Kafando après avoir rendu ses hommages aux martyrs de l’insurrection populaire a promis que justice sera rendue : « l’Etat poursuivra ses efforts afin de faire toute la lumière sur les conséquences de cette insurrection et croyez-moi, justice sera rendue. » A-t-il martelé, rassurant que le sacrifice consenti à la Nation ne sera pas vain.
A la tribune également, le président de l’Association des blessés de l’insurrection populaire au Burkina Faso (Abip BF) Dramane Ouédraogo a souhaité que la lumière soit faite et que justice soit rendue aux centaines de victimes (blessés : ndlr).
Les religieux et les coutumiers par la voix du pasteur Henry Yé, ont loué le sacrifice suprême consenti pour la Nation et formulé des prières pour les martyrs et pour l’unité nationale.

L’un des moments forts de la cérémonie d’hommage a été aussi la décoration à titre posthume de vingt-huit « morts pour la patrie » selon l’expression utilisée par le premier ministre Yacouba Isaac Zida qui a procédé à l’appel nominal de chaque disparu. Tous ont été élevés au rang de chevalier de l’ordre national par le président Kafando qui a remis les insignes d’honneur aux représentants de leurs familles respectives.

La cérémonie d’hommage s’est achevée avec une pose de première pierre pour la construction d’une stèle de 13,5 mètres dédiée à la mémoire des martyrs de l’insurrection populaire. Chaque année, le 30 mai sera commémorée comme journée de souvenir en hommage aux martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis au pouvoir autocratique de Blaise Compaoré.

Fahim Sebgo