RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


Zêdess, candidat à la présidentielle : Et si on obligeait les candidats à déclarer leurs biens avant les élections du 11 octobre 2015 ?

D 10 juin 2015     H 12:06     A TOUTE INFO     C 0 messages


L’artiste musicien Seydou Zongo alias Zêdess a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle du 11 octobre prochain. Au cours d’une conférence de presse Le mardi 9 juin 2015, il a décliné les grands axes de son projet de société.

De son vrai nom Seydou Zongo, le reggae man burkinabè Zêdess croît en ses chances pour briguer la magistrature suprême le 11 octobre prochain. Dans son projet de société « Projet cadre » qu’il a présenté le mardi 9 juin 2015, il parle avec insistance de la nécessité de s’attaquer à la mauvaise gouvernance.

En finir avec les candidatures à vie

Se référant à la polémique sur la limitation des mandats avec la tentative de modification de l’article 37 de la constitution par le régime de Blaise Compaoré, Zêdess propose que « le parti qui a remporté deux fois consécutivement (soit dix ans) l’élection présidentielle ne participe pas au troisième scrutin qui suit directement (soit cinq ans de pause). » En plus, les cinq premiers responsables de ce parti sont interdits de créer un parti durant ces cinq ans. Insiste l’artiste car pour lui, après deux mandats au pouvoir, il faut changer tout le système et renouveler l’équipe dirigeante.

Croire en ses chances, incarner la rupture

Plus qu’un changement, Zêdess se propose d’incarner la rupture entant que candidat indépendant. En parlant de ses atouts de sa candidature, Zêdess met en avant sa « virginité politique », son « honnêteté », son engagement et son souci de ne pas parler avec une langue de bois. Convaincu que sa profession d’artiste est un avantage, il ironise : « lorsque les gens vont payer pour qu’on vienne les voir, des gens vont payer pour venir me voir ». Pour avoir sillonné le pays, il affirme avoir l’attache facile. A ceux qui doutent encore de la pertinence de sa candidature, Zêdess martèle : « je ne suis pas venu pour amuser la galerie mais avec des propositions concrètes ». Même sans infrastructure politique sur le territoire national, il déclare qu’il sera entouré de jeunes de diverses compétences qui l’aideront à assurer la victoire. Sur le plan idéologique, l’artiste s’inscrit dans une ligne de gauche, voire de l’extrême gauche et il se réfère à Thomas Sankara.

Où trouver les 25 millions pour payer la caution de candidature ?

« Je n’ai pas 25 millions dans mon compte (bancaire : ndlr). Mais je vais les trouver ». Lâche le nouveau candidat à la présidentielle tout en s’offusquant contre ce montant qu’il trouve exorbitant car, dit-il, on demande aux postulants à la magistrature suprême d’être riches contrairement à d’autres pays où la caution est encore inférieure. Il suggère par ailleurs que les candidats à la présidentielle déclarent leurs biens avant l’élection pour permettre de savoir comment certains ont eu leur argent. Autrement dit, « j’ai l’impression d’être le seul candidat à qui on demande tout le temps, est-ce que tu as l’argent ? On ne demande jamais aux autres pourquoi ils ont l’argent. Et ça m’embête, parfois même ça m’énerve », fait savoir Zêdess.

Un « projet cadre » en dix (10) points

Le projet politique de Zêdess présenté aux journalistes, intitulé « ensemble pour une rupture juste » comporte dix (10) axes classés par ordre d’importance – Politique et gouvernance- Economie et emploi-Education-Santé-Ecologie-Social-Justice-Culture-Sport ; le tout couronné par un symbole matérialisé par une abeille, « synonyme de fécondité, altruisme, sagesse, générosité, rigueur et travail » selon ses explications. Entres autres, le candidat Zêdess prévoit la mise en place d’un fond minier pour l’entrepreneuriat agricole, la création d’un institut de recherche, la gratuité des premiers soins en santé, la création d’un cachet minimum garanti pour les artistes.

Amidou Kabré

Version imprimable de cet article Version imprimable