RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le ministre Simon Compaoré annonce le renforcement des mesures de sécurité sur l’avenue Kwamé N’Krumah à Ouagadougou

D 5 septembre 2017     H 00:24     A Toute info     C 0 messages



Ouagadougou, le 4 sept. 2017 (AIB)

Suite aux deux attaques terroristes sur l’avenue Kwamé N’Krumah (janvier 2016 et août 2017), les mesures de sécurité sont en cours de renforcement sur ladite avenue située, en plein cœur de Ouagadougou, a déclaré lundi, le ministre en charge de la Sécurité, Simon Compaoré.

Le ministre Compaoré a évoqué la question, lundi après-midi, à l’issue d’une rencontre de partages d’information avec les riverains de l’avenue Kwamé N’Krumah.

« Cet après-midi, le ministère en charge de la sécurité avec la commune de Ouagadougou et les services de sécurité, nous avons voulu rencontrer les riverains de l’avenue Kwamé N’Nkrumah, c’est-à-dire que tous ceux qui sont sur cette avenue et qui sont responsables d’affaires et de commerces et qui ont été éprouvés par les deux attaques terroriste, en 2016 et 2017 », a indiqué Simon Compaoré.

Selon lui, la rencontre a permis d’expliquer aux riverains de Kwamé N’Krumah ce qui a été entrepris pour que cette avenue soit désormais « plus sécurisée, plus belle qu’elle ne l’est actuellement, parce que des mesures fortes sont en train d’être prises pour que cela soit ».

Le ministre a rappelé que cette avenue porte le nom d’un grand panafricain, Kwamé N’Krumah. « Et pour rien au monde, nous n’allons pas nous laisser faire avec tout ce qui se fait aujourd’hui en termes de terrorisme », a-t-il martelé.

A l’entendre, le gouvernement va s’opposer énergiquement à l’action des terroristes. « Nous avons les moyens parce que les hommes sont là. Nos jeunes gendarmes et policiers sont là », a soutenu Simon Compaoré.

Pour le ministre en charge de la sécurité, les Forces de défense et de sécurité sont formés et ne demandent que l’on puisse leur faire confiance et que l’on puisse « petit à petit, faire en sorte qu’ils puissent monter en puissances du point de vue de leurs équipements et de leur formation, afin qu’ils puissent être capables de sécuriser et d’apporter la joie à ceux qui fréquentent cette voie appelée Kwamé N’krumah ».

Selon lui, des mesures sont prises et sont déjà visibles sur cette avenue, en plein cœur de la capitale burkinabè. Il a insisté qu’il ne s’agit pas de mesures ponctuelles, mais pérennes que chaque visiteur de la voie peut constater de jour comme de nuit.

« Avec ces mesures, nous allons minimiser beaucoup de risques sur cette voie », a-t-il fait remarquer avant d’ajouter que beaucoup d’autres améliorations vont être faites sur cette voie avec le patronage de la mairie de Ouagadougou.

« Avec ces mesures qui seront renforcées, dans les mois à venir, vous verrez qu’au lieu de fuir Kwamé N’krumah, l’on va accourir vers cette avenue parce qu’il y fait bon vivre », a argumenté M. Compaoré.

Et de mentionner : « Ce sont ces mots d’espoir et ces informations de tailles que nous avons apporté aux riverains », soulignant que ces gens ont bien entendu le message et se sont réjouis de mesures, avant de souhaiter que les mesures soient efficaces.

De l’avis du ministre, les mesures de sécurité sont renforcées dans les autres zones du pays.

A entendre Simon Compaoré, le ministère de la sécurité compte rencontrer, dans les jours à venir, les responsables des entreprises privées qui proposent des agents de sécurité.

« Nous allons leur donner des conseils et leur proposer de continuer la formation de leurs agents pour que eux aussi, à leur tour, puisse apporter leur contribution à la lutte contre le terrorisme ».

Evoquant le cas des volontaires du Corps de la paix des Etats unis d’Amérique (USA) qui ont quitté le Burkina Faso pour insécurité, M. Compaoré a estimé qu’il s’agit d’une décision souveraine pour laquelle il n’a pas de commentaire spécifique.

Le 13 août dernier, deux assaillants ont attaqué le Café-restaurant Aziz Istanbul, situé sur l’Avenue Kwamé N’Krumah, en plein cœur de Ouagadougou, faisant une vingtaine de morts et de nombreux blessés.

19 mois plus tôt, soit le 16 janvier 2016, un commando a attaqué le Splendid Hôtel et le café restaurant Cappuccino, toujours sur la même avenue, occasionnant une trentaine de morts d’une dizaine de nationalités.

Agence d’information du Burkina

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document