RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


3 janvier 1966 - 3 janvier 2018 : le mouvement syndical a commémoré les 52 ans du soulèvement populaire qui a emporté le président Maurice Yaméogo

D 4 janvier 2018     H 10:55     A FIAKOFI Kossi     C 0 messages


Les centrales syndicales et les syndicats autonomes du Burkina Faso ont organisé un panel commémoratif du 03 janvier 1966 sur le thème : « le soulèvement populaire du 03 janvier 1966 : Cause-déroulement-enseignements » à la Bourse du Travail de Ouagadougou le 3 janvier 2018. II a été question au cours de cette conférence, la lutte menée par les syndicats suite aux événements du 03 janvier 1966 qui ont conduit à la démission du président Maurice Yaméogo.


Ils étaient des militantes et des militants, les travailleuses et les travailleurs, les élèves et étudiants, les acteurs de l’économie informelle, à venir suivre à la Bourse du travail cette conférence dans le cadre de la commémoration du 3 janvier 1966, premier grand événement à la fois social et politique dans l’histoire post-coloniale du pays.

Le 03 janvier 1966, pour faire face aux difficultés financières consécutives à la dilapidation des deniers publics, Maurice YAMEOGO avait entrepris de remettre en cause un certain nombre d’acquis des travailleurs.
En l’occurrence il avait décidé des mesures suivantes :
-  l’abattement de 20 % des salaires,
-  la réduction des allocations familiales,
-  le blocage des avancements pendant deux (2) ans.

L’absence d’écoute des préoccupations des populations , car les travailleurs croupissaient sous le poids des difficultés ( le pouvoir d’achat) et malgré tout cela le président voulait réduire ce pouvoir d’achat et il avait empêché les travailleurs de s’exprimer, un meeting avait même été dispersé à coup de gaz lacrymogènes à la bourse du travail .
Ces événements avaient conduit selon Augustin Blaise Hien, président de mois (SG /CNTB) à « l’éveil des consciences qui ont montré à cette époque que les organisations syndicales sont préoccupées par la gestion des biens de l’Etat », très sensibles à la gabegie. Il faut noter aussi l’implication du mouvement syndical dans des questions politiques .C’est dire que la détermination et l’engagement ont montré que la lutte paye ; a-t-il expliqué.
Des organisations syndicales se sont unis avec quelques partis politiques et ont permis de conduire à la démission du premier président .

Pour la centrale syndicale, ces événements ont des similitudes de nos jours car le 3 Janvier 1966 traduit l’attachement du « peuple à la liberté de pensée, d’opinion, bref à la liberté politique ».
Le 3 janvier 1966 a révélé aussi le lien étroit qui existe entre la manière dont les autorités gèrent les ressources publiques et les conditions des travailleurs. Enfin, le 3 janvier 1966 a montré les capacités d’un peuple mobilisé et déterminé, le courage dont peuvent faire montre les travailleurs face aux forces de répression.

Les secrétaires généraux des centrales syndicales et des syndicats autonomes, ont rendu un hommage aux devanciers pour leur engagement en faveur de la démocratie et de la cause des travailleurs .Ils ont par ailleurs invité leurs militantes et militants, l’ensemble des travailleuses et des travailleurs à s’inspirer de l’exemple des aînés pour s’engager fermement dans la voie de la lutte pour la défense des libertés démocratiques et syndicales.

Emmanuel K. Fiakofi

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document