RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Communiqués

Version imprimable de cet article Version imprimable


CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Vers un Partenariat africain autour du biodigesteur

D 26 septembre 2018     H 00:00     A Toute info     C 0 messages


Du 02 au 04 octobre 2018, le Burkina Faso organise la 2è édition de la Conférence Internationale sur la Technologie du Biodigesteur de Ouagadougou (CITBO) placée sous le thème « Le biodigesteur, une solution pour la sécurité alimentaire et énergétique. Vers un partenariat Africain ! ». Ce rendez-vous est la concrétisation des acteurs à aller vers une synergie d’actions.

Contribuer à la mise en œuvre effective de la « Déclaration de Ouagadougou » issue de la première édition du CITBO tenue en 2017, tel est l’objectif de l’organisation de l’édition 2018. Cette déclaration invitait en effet les Etats, les organisations intergouvernementales africaines, les institutions financières, les partenaires techniques et financiers à œuvrer à la mise en place de conditions favorables au développement du marché de la technologie dans les pays. Elle vise à créer une synergie entre acteurs et instaurer un environnement favorable au développement de secteurs durables de la technologie du biodigesteur dans les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.
Le Burkina Faso, un exemple dans le domaine du biodigesteur
En rappel la technologie du biodigesteur introduite au Burkina Faso en 2009 permet de diversifier l’offre énergétique en mettant à la disposition des populations rurales et péri-urbaines du biogaz pour la cuisson et l’éclairage d’une part et du compost pour améliorer la productivité agricole d’autre part, tout en protégeant l’environnement.

Grâce au Programme national de biodigesteur (PNB-BF), sur la base de l’expérience du Burkina Faso, il a été démontré que l’utilisation optimale du biodigesteur permet d’adapter l’agriculture au changement climatique et de réduire les émissions (atténuation) de Gaz à Effet de Serre. L’exploitation de la technologie ainsi que les avantages qui en découlent illustrent la viabilité de ce marché par sa capacité à apporter des solutions alternatives aux préoccupations des ménages ruraux en environnement sahélien.

Fédérer les actions à Ouagadougou

Fort de ce constat, les Etats africains souhaitent adopter cette technologie tout en renforçant leurs capacités à accéder aux instruments innovants de financements en lien avec la protection du climat qui constitue un défi mondial. C’est tout l’intérêt de la Conférence Internationale sur la Technologie du Biodigesteur de Ouagadougou 2018.
La 2è édition de la CITBO regroupera environ 200 participants dont des leaders gouvernementaux des pays représentés, des représentants des organisations sous régionales (CILSS, UEMOA, CEDEAO), des institutions régionales et sous régionales de financement, des partenaires techniques et financiers, des ONG, des institutions de recherche, des acteurs privés intervenant dans le secteur de la technologie biodigesteur. Outre le Burkina Faso, ces participants viennent du Bénin, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Tchad et du Togo.
Au programme de cette rencontre, il s’agira pour les participants d’évaluer les avancées réalisées par chaque pays sur la base des feuilles de route adoptées par la rencontre des Points Focaux, organisée en juin 2018 à Ouagadougou ; de convenir des actions de soutien et mesures d’accompagnement nécessaires à la mise en place effective des programmes nationaux de biodigesteurs au plus tard le 31 décembre 2019 ; d’examiner et d’adopter les textes fondateurs de la structure régionale de coordination de la promotion de la technologie.

Créer une alliance biodigesteur pour vulgariser la technologie

Les résultats escomptés de la CITBO 2018 sont à la hauteur des ambitions des premiers responsables du département en charge de l’élevage et de l’ensemble des acteurs. En effet, il est attendu l’examen et l’adoption des statuts du projet de convention de l’alliance biodigesteur de l’Afrique de l’Ouest et du Centre toute chose qui permettra à notre pays d’exporter son expertise dans d’autres zones. Mais déjà à Ouagadougou, les participants pourront visiter les différents matériels et accessoires compris dans l’installation de la technologie au cours de l’exposition qui sera organisée en marge des panels. Cette seconde rencontre qui se tiendra à la salle des conférences de Ouaga 2000 est placée sous le très haut patronage de SEM Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso et sous le parrainage de Madame Sigrid KAAG, Ministre de la Coopération Internationale et du Commerce des Pays-Bas.
Le financement de la conférence est assuré par le Gouvernement du Burkina Faso et celui des Pays-Bas à travers African Biogas Partnership Program (ABPP). Cet engagement des autorités de notre pays à soutenir cette activité biodigesteur, témoigne l’importance et l’espoir que représente une telle technologie pour les populations rurales et l’environnement. C’est pourquoi il est prévu dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), au titre de l’axe 3, intitulé « dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi », pour notre pays, la réalisation de 40.000 biodigesteurs à l’horizon 2020. Cet engagement du gouvernement burkinabé permettra donc au Burkina Faso de se positionner en acteur clé et de réaffirmer son leadership dans ce domaine à la 2è édition de la Conférence Internationale sur la Technologie du Biodigesteur de Ouagadougou (CITBO).

Ministère des ressources animales et halieutiques

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document