RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2

Version imprimable de cet article Version imprimable


14 policiers suspendus de salaire : « C’est suicidaire et terroriste », crie le syndicat

D 21 août 2019     H 00:06     A TOUTE INFO     C 0 messages


Décidément, la bataille entre le syndicat « Alliance Police Nationale » (APN) et sa hiérarchie n’est pas prête pour prendre fin. Au contraire, le mercure monte d’un cran chaque jour .Le dernier épisode en date est la suspension de salaire de 14 policiers militants du syndicat dont 05 sont du bureau national. Face à la presse ce 20 août 2019 à Ouagadougou, le secrétaire général Yitouro Somé et ses camarades exigent la cessation de l’acharnement et de la provocation de la hiérarchie policière à l’encontre de ses militants.

Selon le secrétaire général de l’Alliance Police Nationale (APN), le syndicat depuis sa naissance subit toute sorte de préjudice. Ainsi des sanctions allant aux blâmes, l’affectation arbitraire de certains membres du bureau du syndicat a été orchestrée par le directeur général de la police. Et comme si cela ne suffisait pas, le directeur refuse d’obtempérer à une décision de justice. En effet, après une requête en justice sur les agissements du premier responsable de la police, l’APN remportait une victoire d’être restituer sur ces droits .Le 09 août, le tribunal Administratif statuant à suspendu l’exécution des décisions d’affectation individuelle des requérants et ayant pour support collectif, la note no 2019-3679 portant affectations de policiers.

Le 13 août, c’était la suspension de l’exécution des décisions no 2019-3391 /MSECU/DGPN sur des questions de blâmes de ces policiers .En dépit de toutes ces décisions de justice poursuit le secrétaire général, rien n’y fit pour que les ‘’incriminés’’ entrent dans leur droit. En cause, « tous les membres d’APN concernés par ces affectations, sanctions et remplissant les conditions ont vu leur candidature refusée pour le concours professionnel de recrutement des officiers de police à la session de 2019 » s’indigne-t-il.
Et le comble pour les conférenciers, c’est les suspensions des salaires de 14 des leurs en ce mois d’août. Là aussi la hiérarchie policière est vivement interpelée .Car, soutient le syndicat la fonction publique burkinabè est régie par des textes .Et en aucun cas les policiers lésés n’ont été notifiés d’une telle situation. « C’est suicidaire et, c’est une forme de terrorisme » conclut le porte-parole de l’APN.
Pour ce faire et face à la sourde oreille de la hiérarchie et du gouvernement, le syndicat Alliance Police Nationale indique décliner toute responsabilité quant à la détérioration du climat au sein de la famille policière. « Nous menons une lutte pour le bien-être de tous les policiers .En cas de débordement nous ne serons pas responsables » tels sont les derniers mots pour la hiérarchie policière afin qu’elle puisse se raviser selon le syndicat en plus de l’équipement adéquat des troupes aux fronts en matériels adaptés.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document