RSS 2.0 twitter google facebook youtube

-->


Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité



Réconciliation nationale : "il n’y a pas d’avenir possible pour un peuple qui refuse de pardonner à ses frères"Abdoul Karim Sango

D 9 avril 2021     H 09:18     A Chéri Fatou Dramé     C 0 messages


agrandir
-->


Le Parti de la Renaissance Nationale, PAREN a tenu une conférence de presse ce jeudi 8 avril 2021 à Ouagadougou. L’objectif était d’échanger avec les hommes de médias sur la question de la réconciliation nationale, l’éducation nationale et sur le changement climatique

Après la démission de l’ensemble des membres du Bureau exécutif national ainsi que du président du Parti de la Renaissance Nationale, PAREN, un comité de réorganisation du parti a été mise en place afin d’apporter des propositions au prochain Congrès dudit parti avant les municipalités, selon Abdoul Karim Sango, président dudit comité. A l’entendre le comité s’est mis à la tâche et a réalisé les activités qui sont entre autres la rédaction de nouveaux projets de statuts de règlement intérieur, l’organisation de tournées régionales pour la remobilisation des militants et sympathisants, proposition du thème du Congrès extraordinaire : « Forger ensemble le Burkina nouveau sur le socle du développement endogène ».

Abdoul Karim Sango s’est également penché sur certains événements liés à l’actualité nationale notamment la réconciliation nationale, l’éducation nationale et les changements climatiques. Sur la question de la réconciliation nationale, il affirme que leur parti est bâti sur le socle de la culture africaine dont certaines valeurs prédisposent à la réconciliation nationale. « Le PAREN est conscient qu’il n’y a pas d’avenir possible pour une nation, un peuple qui refuse de pardonner à ses frères et sœurs qui ont commis des actes graves contre le principe de cohésion sociale » a-t-il déclaré. Le PAREN propose par ailleurs, selon le président du comité de réorganisation de garantir le principe vérité, justice et réconciliation nationale selon la nature de chaque dossier.

En ce qui concerne l’éducation nationale, le PAREN par la voix de Abdoul Karim Sango voudrait inviter les Burkinabè à se surpasser afin de sauver notre système éducatif qui souffre déjà de beaucoup de maux. « A défaut d’avoir des solutions, l’on ne devrait pas en rajouter. L’éducation de nos enfants, que ce soit à travers les systèmes formels ou informels de l’enseignement, doit être un sujet qui nous préoccupe engage tous, individuellement et collectivement. Nos enfants doivent être éduqués à rester dans leur rôle, celui d’apprenants » a-t-il martelé.

Sur la question du changement climatique, Abdoul Karim Sango a par ailleurs invité les Burkinabè à une prise de conscience plus aigüe des enjeux du changement climatique en changeant de comportement. « Nous devons cesser de considérer qu’il s’agit d’une affaire des blancs. Le PAREN exhorte le gouvernement à plus d’engagement autour de la question si nous voulons laisser un Burkina vivable aux générations futures » a-t-il conclue.
Il faut par ailleurs noter que le PAREN prévoit tenir son prochain Congrès extraordinaire les 28 et 29 mai prochain à Ouagadougou au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC).

Chéri Fatou Dramé



Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document