RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Etudes et business : Jean Babaptiste Sawadogo, cet étudiant qui emploie au moins 8 personnes et fait 7 millions de chiffre d’affaires

D 14 avril 2021     H 12:25     A Jean Babehinibè KAMBOU     C 0 messages


Étudiant au département d’études anglophones, et titulaire d’un master professionnel en management et gestion des entreprises, Jean-Baptiste Sawadogo est un jeune qui a très vite compris que les cours magistraux dans les amphithéâtres ne suffisent pas pour réussir sa vie.Il s’est donc vite lancé dans l’entreprenariat .Et à partir de 3 000 FCFA dans la vente de crédits mobiles au départ ,il frôle aujourd’hui 7 millions de chiffres d’affaires l’année

De la vie d’étudiant à la vie d’étudiant entrepreneur

Il faut dire que dès le début, quand je suis arrivé à l’université j’ai eu l’idée de voir comment est-ce que je peux exploiter les potentialités. Dès la première année l’étudiant Jean-Baptiste Sawadogo prend l’initiative de vendre des unités parce qu’il a fait le constat que sur le campus il n’y avait pas de point où on pouvait trouver des crédits facilement (unités). Le jeune Sawadogo démarre son business avec son numéro d’appel. « J’ai demandé à un fournisseur, que je ne connaissais même pas d’ailleurs, de me recharger parce que je veux vendre des unités ».

Un budget de 3 000 francs a suffi au futur entrepreneur pour se lancer. Après seulement un jour de vente, il passe à 5 000 et ensuite à 10 000 francs. « A travers cette activité, je pouvais me payer des tickets pour le restaurant universitaire (RU) mais surtout m’acheter aussi des documents ». J’ai trouvé cela très bénéfique.
"Après mon baccalauréat j’ai trouvé aussi qu’il y avait un temps mort. J’en ai profité pour me lancer dans la location de maison." Des idées d’entrepreneuriat qui ont permis peu à peu à Jean-Baptiste Sawadogo de devenir indépendant au point à ne plus forcément compter sur le soutien financier de ses parents pour la suite de ses études.

Jean-Baptiste Sawadogo est également l’un des géniteurs de UOi24

S’il y a un service de renseignement, d’accompagnement et d’information à Ouagadougou bien connu par le monde estudiantin, c’est bien UOi24. UOi24 est une plateforme qui se charge de donner aux étudiants qui y sont abonnés les informations sur l’actualité du campus. Jean-Baptiste Sawadogo fait partie du groupe d’étudiants qui a créé ce canal d’information.

« L’idée de UOi24 est venue d’un devoir que certains de mes camarades ont raté tout simplement parce qu’ils n’ont pas eu l’information. Il fallait donc trouver une solution pour ne plus manquer une information ». C’est ainsi qu’avec un certain nombre de camarades, ils ont créé UOi24. « Les débuts n’ont pas été faciles. On nous traitait de faux types et de rien mais dès que l’idée a pris, de 300 francs le mois on est passé à 5 000 francs le mois et aujourd’hui nous sommes à 1 500 francs l’abonnement mensuel. C’est par là qu’on a remarqué que cela pouvait aider beaucoup d’étudiants. Au-delà des devoirs, dans les premières heures on a compris qu’il y avait plus de 800 étudiants et ensuite 300 qui n’ont pas pu déposer leur FONER par manque d’information. Aujourd’hui avec l’amélioration de la communication, beaucoup de personnes s’en sortent facilement grâce à UOi24 ».

Les étudiants appeler à se réinventer face un système d’enseignement qui ne produit que des chômeurs.

« Après 5 ans de formation, nous avons jugé bon de partager l’expérience acquise avec les autres. C’est pourquoi nous nous sommes lancés dans le domaine du coaching, l’entrepreneuriat, l’art oratoire, les techniques de prise de parole en public et la communication ». A cela s’ajoute le domaine des TIC car dit-il « nous suivons l’évolution du temps ».
Le système éducatif dans nos universités est resté la même depuis les années 60, de l’avis de cet étudiant entrepreneur, c’est-à-dire classique avec un enseignement plus théorique que pratique. Et pour s’offrir plus de chance de réussir, il est convaincu qu’il est plus que nécessaire pour les étudiants de se former à d’autres domaines. C’est dans cet ordre d’idée que s’inscrit les différentes formations qu’organise le club des étudiants entrepreneurs dont Jean-Baptiste Sawadogo en est le président. C’est d’ailleurs en séance de formation que nous l’avons trouvé à l’Amphi C de l’Université Joseph Ki-Zerbo.

Il ne regrette pas d’avoir concilié études et entrepreneuriat

Interrogé au sujet de son chiffre d’affaire, c’est tout sourire qu’il se confie : « si nous organisons un séminaire de formation où il y a 100 participants, nous sommes déjà au-delà de 1 000 000 comme chiffre d’affaires.C’est vrai que c’est en fin d’année que nous pouvons capitaliser ,mais nous pouvons estimer un chiffre d’affaires de 7 millions." « Aujourd’hui j’emploie 8 personnes qui sont payées chaque fin du mois. Au niveau de UOi24 nous avons près de 30 agents qui y travaillent et qui sont également rémunérés à chaque fin du mois.

Tout cela c’est grâce à l’entrepreneuriat. Je ne regrette pas d’avoir concilié études et entrepreneuriat. Toutes ces initiatives développées ont facilité mon séjour à Ouagadougou. Cela m’a permis de capitaliser mais aussi de m’ouvrir de façon relationnelle vers d’autres mondes », a conclu Jean-Baptiste Sawadogo.
Il en appelle à la bonne volonté des gouvernants pour reformer et réorienter le système de formation dans les universités publiques afin, dit-il, de former une ressource humaine de qualité capable de produire et créer de l’emploi.

Jean Babehinibè KAMBOU

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document