Accueil > Menu 2 > Autorisation de ratification de la charte du Liptako-Gourma instituant (...)

Autorisation de ratification de la charte du Liptako-Gourma instituant l’AES : les députés de l’Assemblée Législative de Transition adoptent le projet de loi à l’unanimité

mardi 28 mai 2024

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, SEM Karamoko Jean Marie TRAORE, accompagné de madame le ministre délégué chargé de la Coopération régionale, Stella Eldine KABRE/ KABORE et d’autres techniciens du département, était ce mardi 28 mai 2024, face aux députés de l’Assemblée Législative de Transition, pour la plénière consacrée à l’examen et à l’adoption du projet de loi, portant autorisation de ratification de la charte du Liptako-Gourma instituant l’Alliance des Etats du Sahel.


La présence du ministre des Affaires étrangères à l’hémicycle a été le lieu pour certains députés, de lui poser des questions d’éclaircissement, allant du statut juridique et l’AES, à ses organes, son fonctionnement et ses compétences, en passant par son financement et les probables adhésions d’autres pays.

À toutes ces questions, le chef de la diplomatie burkinabè a apporté des éléments de réponse satisfaisants, tout en indiquant que le processus d’opérationnalisation de l’AES connaîtra une étape décisive dans les prochaines semaines, avec le sommet du collège des Chefs d’Etat.

Au terme du débat général, et au regard de la pertinence des réponses apportées par le ministre TRAORE, les députés de l’Assemblée Législative de Transition ont voté et adopté à l’unanimité avec 71 voix sur 71 votants, le projet de loi portant Autorisation de ratification de la charte du Liptako-Gourma instituant l’AES.

Pour le Chef de la diplomatie burkinabè, après la signature de la charte avec le Mali et le Niger le 16 septembre 2023, il revenait à chaque État de le mettre en conformité avec les dispositions internes du pays en vue de l’intégrer dans l’ordonnancement juridique.

<< En votant cette loi, les députés donnent non seulement un signal fort de l’intérêt qu’ils portent à la vie et la dynamique au niveau du Sahel, mais aussi un signal au gouvernement qu’il faut un suivi régulier sur tout ce qui se passe dans le cadre de la configuration de notre espace>>, soutient SEM Karamoko Jean Marie TRAORE.

DCRP/ MAECR-BE
www.touteinfo.com