RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2



AZALAI HOTEL INDEPENDANCE : Les ex-employés demandent réparation

D 1er décembre 2016     H 22:47     A TOUTE INFO     C 0 messages


Mis au chômage suite aux dégâts subis par Azalai Hôtel Indépendance où ils officiaient, les ex-travailleurs interpellent les autorités quant aux conditions précaires dans lesquelles ils vivent depuis. C’est dans une conférence de presse tenue ce 1er décembre.


Les faits remontent à fin Octobre 2014 quand le régime de Blaise Compaoré a fait héberger des députés de la majorité d’alors qui devraient voter pour faire sauter le verrou de l’article 37 de la Constitution. L’hôtel ayant, comme on le sait, subi le courroux des manifestants, 106 des 137 travailleurs ont été licenciés suite à une décision de la Direction Générale. Et la proposition « de rénovation rapide et partielle » que les travailleurs ont déclaré avoir formulée n’y a rien fait. Aussi ceux-ci considèrent que cette mise au chômage constitue une violation du code de travail adopté en 2008 d’autant plus que « nous ne sommes pas responsables de cette malheureuse situation »déplorent-ils

« Familles délogées ». Depuis octobre 2014 donc, les travailleurs sont engagés pour que leurs droits soient respectés. La mise au chômage est, elle lourde de conséquences. « Des familles ont été purement et simplement délogés car n’ayant plus de quoi faire face au loyer » déplore le représentant des ex-travailleurs, Paulin Yamba. La scolarité des enfants a aussi pris un coup pour cause de frais impayés et des foyers se sont disloqués assurent-ils.

Dédommagements. Tout en restant « disposés à dialoguer » selon leurs termes, les travailleurs sollicitent de la part du gouvernement non seulement un dédommagement suites aux affres causées par leur perte d’emploi mais aussi que celui-ci garantisse que les travailleurs seront repris au cas où l’hôtel viendrait à rouvrir en conformité de la priorité dont ils jouissent selon les textes.

Soumana Loura
TOUTE INFO, Quotidien burkinabè en ligne