RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Afrique

Version imprimable de cet article Version imprimable


Côte d’Ivoire/Bouaké : Des tirs nourris ont eu lieu entre militaires et élements du CCDO

D 10 janvier 2018     H 00:03     A Toute info     C 0 messages



Des tirs nourris ont eu lieu mardi soir entre militaires et élements du CCDO dans la deuxième plus grande ville de Côte d’Ivoire, Bouaké, selon des habitants, des soldats et un membre du parlement local.

Bouaké a été l’épicentre de plusieurs mois de mutineries militaires qui se sont étendues aux villes et villages de Côte d’Ivoire l’année dernière, forçant le gouvernement à céder aux demandes de primes et de promotions. La cause de la violence de mardi n’a pas été immédiatement connue.

“J’entends des tirs de mitrailleuses très intenses”, a déclaré Georges Kouame, un habitant de Bouaké. “Il y a aussi des explosions d’armes lourdes.”

D’anciens mutins ont déclaré qu’ils croyaient que les membres du CCDO avaient été envoyés à Bouaké pour les espionner. “En ce moment nous encerclons le camp de la CCDO et il y a un échange de coups de feu”, a déclaré l’un des dirigeants des mutins. “Ils doivent quitter la ville ou nous les forcerons à partir.”

Une source de sécurité régionale, qui a demandé à ne pas être nommée, a déclaré que le gouvernement avait envoyé plus tôt dans la journée environ 200 soldats pour renforcer les positions à Bouaké.

La recrudescence de la violence fait suite à des jours de tensions entre différentes unités militaires à l’intérieur de Bouaké. Au moins une personne est morte à la suite d’affrontements vendredi.

Suite aux tirs de vendredi dernier, le gouvernement avait émis le communiqué suivant :

“Dans la nuit du 4 au 5 janvier 2018, une altercation est survenue entre un équipage du centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) et des soldats du Bataillon d’artillerie sol-sol dans la ville de Bouaké, quartier Dar es salam”, indique le communiqué, lu vendredi à la télévision nationale. “Au cours de la dispute qui a suivi, des coups de feu ont été tirés par les protagonistes provoquant le décès par balle du sergent Dembélé Yacouba et faisant un blessé”, poursuit le texte.

Selon le communiqué, “une enquête sera diligentée pour cerner tous les contours de ces événements qui mettent à mal la nécessaire fraternité d’armes devant exister entre tous les corps des forces de défense et de sécurité”.

Source : intellivoire.net

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document