RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Menu 2



GRÈVE DU SNAID : Le syndicat suspend le mot d’ordre suite à l’attaque du 16 décembre

D 20 décembre 2016     H 00:35     A TOUTE INFO     C 0 messages


Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) a animé un point de presse ce lundi 19 décembre 2016 à Ouagadougou. Cette rencontre avec les hommes de médias a permis au secrétaire général Nongo Grégoire Traoré du syndicat, d’annoncer la suspension du mot d’ordre de grève des travailleurs des impôts.

Le bureau national du Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) a décidé de suspendre le mot d’ordre de grève de 120 heures lancé il y a quelques jours de cela. L’annonce a été faite ce lundi 19 décembre 2016 lors d’un point de presse animé par le secrétaire général du SNAID, Nongo Grégoire Traoré. Et à en croire le SG, l’attaque du 16 décembre 2016, dont a été victime des militaires burkinabè en est pour quelque chose. « Les attaques terroristes meurtrières du 16 décembre 2016 ont une fois de plus endeuillé le peuple burkinabè c’est donc pour une question de bon sens et d’humanisme » a-t-il indiqué. « Cela ne signifie point que le SNAID est satisfait des propositions de solutions du gouvernement » a rappelé Nongo Grégoire Traoré. Selon ses dires, le gouvernement n’a rien fait pour trouver une solution aux problèmes des travailleurs des impôts, hors mis des engagements pris pour le futur. Selon le principal conférencier du jour, le Gouvernement a promis 150 ordinateurs pour plus de 2000 agents. Il rappelle également que la dotation globale en carburant est passée de 50 millions de francs CFA. Si ceci est un effort aux yeux du gouvernement, le syndicaliste n’est pas de cet avis. Il déclare à cet effet « cette dotation est insignifiante ». Il juge le geste de l’exécutif de mauvaise foi car « l’argent existe bien au Burkina Faso et peut être mobilisé pour le bonheur du peuple » a-t-il martelé. Sans rancune, il donne quelques conseils aux autorités pouvant leur permettre de mobiliser de l’argent. Les solutions pour faire rentrer des milliards à en croire le secrétaire général sont entre autres : la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, la taxation des produits de luxe et la suppression des exonérations fiscales injustes de complaisances, etc.

Thierry KABORE
TOUTE INFO, Quotidien burkinabè en ligne