RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


An IV de l’insurrection populaire : « l’esprit de l’insurrection a été dévoyé par le pouvoir »Jean-Hubert Bazié

D 31 octobre 2018     H 13:13     A Toute info     C 0 messages


Ce sont Jean-Hubert Bazié du parti de l’ESPOIR et Mamadou Kabré du PRIT/ Lanaya qui ont animé le point de presse du CFOP le 30 octobre. Au menu : les questions foncières ainsi que la commémoration de l’an IV de l’insurrection populaire à laquelle l’opposition n’entend pas participer.

« L’aboutissement de l’insurrection populaire est une victoire du peuple et non d’individus particuliers ! » Ont d’entrée de jeu lancé les animateurs du point de presse de l’opposition le mardi 30 octobre 2018. Ils précisent tout de même que c’est le Chef de file de l’opposition politique(CFOP) qui a joué un rôle de catalyseur du mécontentement populaire. Il reste que l’opposition dit ne pas être satisfaite de la manière dont les dossiers des victimes de cette insurrection -ainsi que ceux du coup d’Etat de septembre 2015- sont gérés par le « nouveau-ancien » pouvoir du Mouvement du peuple pour le Progrès(MPP) qu’elle accuse de trahison. « Le MPP gère les victimes de façon inhumaine », déplore Jean-Hubert Bazié du parti de l’ESPOIR. Par ailleurs, ce dernier estime que le MPP offre le gîte à certains caciques de l’ancien régime dont il perpétue d’ailleurs les travers : enrichissement illicite, non résolution du chômage et des problèmes économiques, obsession à demeurer au pouvoir alors même que le pays est confronté à de multiples problématiques. « La ceinture de la ville ne va qu’accroitre le nombre de pauvres par qu’elle sera la porte ouverte à tous les abus des opérateurs économiques » selon Mamadou Kabré en évoquant la question foncière qui est « partie intégrante » des causes de cette insurrection.Pour lui, les frustrations que ces accaparements de terres engendreront, pourraient conduire à une autre insurrection.

Pas d’avancées sur le plan judiciaire…

L’opposition déplore également le fait que de nombreux dossiers judiciaires dont ceux de Thomas Sankara et de Norbert Zongo n’aient pas connu d’avancées véritables et s’étonne que le pouvoir montre peu d’empressement à apporter des réponses satisfaisantes aux revendications des insurgés. « Les contremarches que le régime a initiées pour répondre à la marche de l’opposition se sont pas sans rappeler la rhétorique des « stades recto-verso » alors employée par le régime Compaoré ». Qu’à cela ne tienne, l’opposition rappelle être sur ses gardes et que le moment venu, elle ne tardera pas redescendre dans la rue pour dénoncer un pouvoir qu’elle accuse aussi d’avoir taillé un code électoral à mesure en vue de rester au pouvoir.

Soumana LOURA

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document