RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


DRAME DE YIRGOU : la jeunesse de l’UPC prendra part à la marche du 12 janvier

D 10 janvier 2019     H 21:25     A TOUTE INFO     C 0 messages


Les jeunes de l’Union pour le Progrès et le Changement(UPC) prendront part à la marche-meeting du 12 janvier 2019 organisée par le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC) né au lendemain des tueries de Yirgou .C’est la principale information issue du point de presse de ce jeudi 10 janvier 2019 animé par les jeunes du principal parti d’opposition à son siège à Ouagadougou.

« Les tueries à grande échelle commises à Yirgou font honte au peuple burkinabè et ternissent l’image des Kogl-Wéogo. »Telle est la conviction du responsable de la jeunesse de l’Union pour le Progrès (UPC) Jean Nacoulma et ses camarades .Près d’une dizaine de jours après l’assassinat du Chef de village et des membres de sa famille suivi de la prise à partie sanglante de la communauté Peule à Yirgou ayant causé 49 morts (officiel) et des portés disparus, certaines organisations tout comme le les jeunes de l’UPC condamnent cette attaque terroriste et les massacres.

Les jeunes de l’UPC solidaires de la marche du CISC

Face à ce que certains qualifieraient d’extermination d’une communauté, continue de susciter des réactions de plusieurs organisations de la société .Une des actions fortes, est la marche meeting du Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés(CISC) prévue pour le 12 janvier à Ouagadougou et à Dori .La jeunesse du principal parti de l’opposition parlementaire ne veut pas rester en marge de cette activité et appellent leurs camarades à y prendre part activement.

Le gouvernement et la justice pointés du doigt

Le président de la jeunesse de l’UPC Jean Nacoulma déplore la façon dont l’exécutif a géré cette situation . Il se dit déçu du président du Faso qui a mis du temps avant de se rendre sur les lieux et qui a osé ’’demander pardon’’ aux présumés auteurs. Le ton est ferme et sans détours vis-à-vis du judiciaire .Ainsi les jeunes du parti du lion appellent la justice à éclairer l’opinion sur les véritables coupables de ces crimes. « La jeunesse de l’UPC demande solennellement à la justice burkinabè, celle qui est prompte à arrêter des leaders d’OSC et à condamner les web activistes, à faire élucider cette affaire de manière diligente », ont-ils affirmé.

Par ailleurs, Jean Nacoulma plaide pour la bonne application de l’état d’urgence. Ainsi lui et ses camarades souhaitent que soient mis à la disposition de l’administration, les moyens humains, matériels et juridiques nécessaires pour le succès de cette mesure.
Nous sommes tous des Burkinabè héritiers de nos ancêtres qui ont su vivre dans la paix, la tolérance, et la solidarité .Ne constituons pas la génération par qui la division commencera, ont martelé les conférenciers.

Camille Baki

TOUTEINFO.COM

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document