RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


TABASKI : L’OFFRANDE DU MOUTON AU NOM DE LA SECURITRE,LA PAIX ,LA COHESION

D 11 août 2019     H 15:00     A Alain Yaméogo     C 0 messages


« Nos armes, ce sont nos chapelets, qu’ils soient musulmans ou chrétiens » a déclaré El Hadj Mohamadi Kiemoré, l’imam célébrant à la place de la Nation ce 11 août à la grande prière de l’Aïd El Kebir ou fête de la Tabaski .Pour lui, la prière reste et demeure l’arme incontournable pour le retour de la quiétude au Burkina Faso, handicapé depuis 2015 par les attaques terroristes. L’église catholique comme à l’accoutumé, les membres du gouvernement ont aussi imploré la miséricorde de Dieu pour le pays des hommes intègres.


La question de la sécurité a dominé le sermon de l’imam El Hadj Mohamadi Kiemtoré face à la communauté musulmane. Bien que le Burkina Faso, ai subi plusieurs épreuves surtout en matière d’insécurité, le prêcheur reste confiant. Il met en avant la cohésion de toutes les communautés qui s’avère intacte pour répondre aux attaques terroristes. En plus, il a exhorté les Burkinabè, toutes tendances confondues à redoubler d’ardeur dans la prière, seul moyen pour sauver le pays. « Nos armes, ce sont nos chapelets, qu’ils soient musulmans ou chrétiens » a-t-il notamment insisté.

Pour l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, cardinal Philippe Ouédraogo, sa présence à la grande prière des musulmans est un rituel que l’église ne saurait déroger. Par ailleurs, il note beaucoup de similitude de la plus grande fête de l’islam qu’est la Tabaski avec des références bibliques qui en font également mention. En l’occurrence le sacrifice du mouton comme offrande à Dieu par Abraham en lieu et place de son fils unique Isaac. « Le sacrifice d’Abraham est un appel pour que chrétiens et musulmans puissent faire quelque chose pour la paix et un vivre ensemble fraternel », a-t-il soutenu.

Pour le chef du gouvernement, Christophe Marie Joseph Dabiré, c’est le même son de cloche, prier pour que la paix, la sécurité et la cohésion sociale revienne. Il réitère que son gouvernement mettra tous les moyens pour que chaque communauté puisse y mettre du sien dans la culture et la recherche sans cesse de nos valeurs pour un Burkina prospère. D’autres membres de l’exécutif ont aussi effectué le déplacement.Le ministre d’Etat et en charge de la décentralisation et le ministre de la sécurité ont tous émis les vœux de plus de quiétude au Burkina Faso.

Les fidèles musulmans par milliers après la prière rentreront chez eux où chacun dans la mesure du possible sacrifiera à la tradition avec l’offrande du mouton. Mais ce geste n’est pas si contraignant pour ceux qui n’ont pas les moyens a insisté l’imam. Après tout, la prière pour la nation prend le pas sur le festif pour la plupart des musulmans.

Alain Yaméogo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document