RSS 2.0 twitter google facebook youtube



Infos en boucle


Vous êtes ici : Accueil » Actualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Élections : il n’y a eu "ni fraude ni violence" selon la LEEB

D 30 novembre 2020     H 07:56     A ALAIN YAMEOGO     C 0 messages


La Ligue des Électrices et Électeurs du Burkina a tenu un point de presse le dimanche 29 novembre 2020 à Ouagadougou. Cette conférence de presse a été le lieu de faire le bilan sur sa première expérience en tant qu’observateur d’une échéance électorale.
Une première belle expérience en observateur pour la LEEB
Créée le 28 juillet 2020, la LEEB est une « organisation apolitique » qui s’inscrit dans le respect des droits humains, les libertés individuelles avec pour but crucial « l’égalité sociale ou du moins la réduction des inégalités au niveau juridique, politique, économique et sociale à travers les élections libres, apaisées et transparentes », selon les mots du secrétaire exécutif national de l’organisation, Ismaël Sawadogo. C’est donc en droite ligne avec sa mission principale, à savoir « renforcer le processus électoral burkinabè en exerçant un contrôle citoyen en amont et en aval des élections », que la LEEB a déployé dans le cadre des élections couplées du 22 novembre 100 observateurs accrédités par la CENI dans trois régions du pays qui sont entre autre les régions du Centre, du Plateau central et le Centre ouest.
« Un bilan satisfaisant »

La visite de plus de 200 bureaux de vote a permis à la LEEB de constater les modes d’organisation mis en place et aussi le climat qui a prévalu dans les différents bureaux de vote. Et selon Nassirou Sawadogo, c’est une satisfaction qui se dégage clairement au vu et au su de ce qui a été constaté sur le terrain. « Nous avons noté de façon générale un bon climat qui prévalait dans les différents bureaux de vote avec la présence des observateurs de la société civile ainsi que les représentants des partis politiques », a-t-il confié. La LEEB affirme également que la présence des forces de défense et de sécurité dans les bureaux de vote est un effort à saluer. Elle voit donc en cela un signe de la volonté de L’état burkinabè « à assurer des élections libres, transparentes et justes »


La CENI félicitée pour son expertise en dépit de quelques manquements constatés.
La LEEB a félicité la CENI car dit-elle : « malgré quelques difficultés observées, nous avons noté que l’ensemble des élections s’est bien déroulé ». Et puisque l’arbre ne doit pas cacher la forêt, les observateurs n’ont pas manqué de souligner quelques manquements observés durant le scrutin. Ce sont entre autre le faible engouement dans certains bureaux de vote, le fait que certaines personnes n’ont pas pu voter surtout ceux possédants les anciennes. La Ligue a noté également l’ouverture tardive de certains bureaux de vote et l’indisponibilité de matériels dans treize des bureaux visités, l’arrivée tardive des procès-verbaux dans certains bureaux de vote et enfin des spécimens ou des logos des différents partis politiques difficiles à détecter pendant le choix des candidats. Toutefois la LEEB précise que la CENI a fait preuve d’expertise et que par conséquent ces manquements n’entachent en rien la crédibilité du scrutin électoral car dit-elle : « ces difficultés observées se limitent aux questions organisationnelles. Ni fraude ni violence n’a été observée par la LEEB au cours de sa supervision ».

Pour terminer, partant des différents manquements et des difficultés constatées sur le terrain, la Ligue des électrices et électeurs du Burkina a fait des recommandations afin de voir un processus électoral encore plus amélioré aux prochaines échéances. Le secrétaire exécutif national de l’organisation Ismaël Sawadogo se dit donc satisfait de cette première expérience pour sa structure et espère plus d’accompagnement financier pour la LEEB afin de lui permettre de couvrir toutes les treize régions du pays. Il a laissé entendre qu’un rapport sera fourni et déposé auprès des organisations de la société civile, du Conseil supérieur de la communication (CSC) et aussi la CENI.

Jean Babehinibè KAMBOU

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document